Une française en Anatolie. 

Istanbul est depuis quelques années la métropole où Eléonore Fourniau a posé ses valises. Au contact de ses camarades du conservatoire national de la ville elle découvre la richesse des répertoires musicaux d’Anatolie, notamment kurdes et lazes, qu’elle apprend à interpréter. Dans cette aventure, son sésame est sa vielle à roue qu’elle joue pour s’accompagner dans cet apprentissage. Instrument traditionnel d’Europe mais étranger du côté du Bosphore, cette association insolite avec les airs d’Asie mineure a suscité une grande curiosité et un bel élan de fraternité envers la musicienne française lui ouvrant la porte à nombre de collaborations.